Chapitre 10

11994381_10206796569648726_1385457429_n

Nu, Zacharie flottait, déboussolé, au milieu d’une mer démontée qui lui léchait le visage. Elle le soulevait, le propulsait dans les creux, sous la voûte écrasante des roulis, au cœur de la tempête. Les bourrasques soufflaient les vagues en une myriade de gouttes, une bruine insoutenable qui lui brûlait les yeux. Pourtant, l’homme ne ressentait pas la peur, pas plus qu’il ne ressentait la douloureuse morsure du sel. Il avait confiance en Valta, le dieu Océan, confiance en sa toute-puissance face à Tuuli, le Brouilleur d’Écume, son jumeau céleste. Ce dernier avait beau déployer ses aquilons tumultueux pour agiter la surface marine, Valta l’emportait toujours. Zacharie s’en persuadait. Pas de doute, il le protégerait du malheur de sombrer. Tuuli s’essoufflerait. La mer s’adoucirait comme aux origines du monde.

Ainsi, ballotté au grès des remous, il ne luttait pas. Il offrait sa vie au bon vouloir de sa divinité. Mais tout allait si vite. Lorsqu’une déferlante s’effondrait sur lui, il retenait sa respiration tant bien que mal, puis péniblement, à bout de force, remontait à la surface, en quête du précieux oxygène chargé d’embruns poisseux. Inlassablement, il recrachait l’eau qui s’insinuait dans ses poumons et il s’abîmait à nouveau sans même réfléchir, avec la conviction qu’il échapperait bientôt à ce calvaire. Malgré tout, il s’épuisait à supporter le vacarme des vents déchaînés, à ignorer son corps endolori, fouetté par les lames aquatiques. Paralysé par les eaux glacées, il en oubliait comment nager, comment retrouver l’air libre et salvateur. Alors, la prière en murmure, un dernier espoir au cœur, il se laissa couler dans les ténèbres oppressantes et silencieuses.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 8

10997126_10205335652046699_452171215_n

« Lieutenant chef ? » murmura une voix déconfite. Vous dormez déjà ?

Alors qu’elle se glissait à peine dans son lit, quelqu’un toqua timidement à sa cabine. Lhortie serra les dents. Sans réponse de son supérieur, l’homme insista.

« Chef ? C’est Foliot, votre sous-lieutenant, chef ! »

Bien sûr que c’était lui ! Elle l’aurait reconnu entre mille. Il jappait sans cesse d’insupportables formules de politesse à la manière d’un cabot fidèle. Son enthousiasme et sa voix nasillarde l’irritaient, mais il avait aussi ses avantages. Indulgent et naïf face à toutes les situations, il lui suffisait d’une infime récompense pour oublier tous les coups de pied qu’elle lui mandatait.

« Qui y a-t-il, Foliot ? gronda-t-elle.

— C’est vraiment urgent, chef ! Je crois qu’on a un problème, chef !

— Voyez-vous ça ! »

Atterrée, elle s’extirpa de sous ses couvertures. Elle enfila son seul chemisier en coton. Derrière la porte, elle imaginait Foliot se dandiner comme un pendule, un tic dérangeant qui s’immisçait lorsqu’il poireautait au garde à vous. Cette mauvaise habitude lui avait valu le surnom de Culbuto, ce qui n’empêchait pas les troupiers de le respecter pour ses qualités d’écoute, de compréhension, mais surtout pour son courage lorsqu’il relayait les informations au lieutenant à leur place. Quand le sujet s’avérait brûlant, les soldats passaient toujours par Foliot. Messager, mais aussi souffre-douleur auprès de son supérieur, il commandait le Présage lorsque celle-ci voulait se reposer. Lhortie saluait son obstination, sa fidélité et son obéissance, mais l’homme souffrait d’un manque total d’initiative. Sûrement son plus gros défaut, parmi une flopée de travers qui écornait son image. Il fallait s’y résoudre. Elle ne l’avait pas choisi, tout comme elle n’avait pas choisi son équipage.

D’un tour de main, le lieutenant enroula sa chevelure brune en un chignon improvisé, puis ouvrit la porte sur le couloir. Foliot lui apparut dans la pénombre. Son crâne, terrain de jeu d’une calvitie avancée, brillait à la lueur blafarde des lampes. Une ride chevauchait ses sourcils broussailleux derrière lesquels se fondaient des yeux inquiets.

Lhortie le dévisagea, circonspecte.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 6

11268934_10206022284652085_969750269_n

Enfin seul dans sa cabine, Xenon ouvrit avidement en deux son livre fétiche. Après cette longue après-midi réservée à l’accueil des nouveaux arrivants assignés à Pentagua, il se devait de se replonger un peu dans l’étude de cet ouvrage de premier ordre, le Compendium des Expressions Vocales et Corporelles. Un titre barbare, certes, mais seulement dans la langue globale. Les chitines, eux, n’utilisaient qu’une seule phéromone pour le désigner. Tout y était plus simple, plus direct. Un lien pouvant induire des images complexes, des ébauches sentimentales.

Naturellement, Xenon en approcha son visage et en huma les émanations.

« Le Pouvoir du Contact, traduisit-il en s’appuyant sur l’invisible signification qui imprégnait le papier. »

Lorsqu’il était seul, il avait pris l’habitude de lire à voix haute.

Où en étais-je ?

Confus, Xenon parcourut le volume du bout des doigts et s’en approcha à nouveau. Sur les pages vierges, on ne distinguait pas un caractère, seulement d’insignifiantes traces irisées par endroit, homogènes à d’autres. Il ne s’agissait pas là de taches d’huile ou d’aquarelle, mais bien de phéromones, nuancées, mélangées, exposées pour le plus grand plaisir des olfacteurs, la population de lecteurs chitines.

Voilà, c’est ici !

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 4

11268934_10206022284652085_969750269_n

2,5-Diméthyl-Pyrazine referma son livre. Confortablement installé dans l’un des fauteuils du salon, il attendait son tour. La délégation de Baladrek venait de traverser les rideaux menant à la nacelle des nouveaux arrivants. Enfin seul, il déposa délicatement son élégant chapeau melon sur la table et laissa voguer ses pensées. Ce minuscule morceau de lui-même, cette masse inerte de feutre noir, scintillait par endroit. Les rayons du soleil que filtraient les hublots s’y réverbéraient, soulignant ses minces traces d’usure. Son fidèle couvre-chef, quelque peu défraîchi, n’avait pourtant pas perdu toute sa superbe. Le chitine en prenait grand soin, le rangeant tous les soirs dans sa boîte en carton. Il éprouvait envers lui un attachement qui dépassait l’entendement, un attachement qui le replongeait un an en arrière, lorsqu’on lui avait fait découvrir la civilisation, lorsque Pentagua, la cinquième colonie, l’avait accepté dans ses rangs. Depuis, il refusait de s’en séparer, redoutant par la même occasion de perdre une partie de lui-même, une partie de son histoire. Ce n’était pourtant qu’un objet sans âme, mais cet objet, il l’avait porté jour après jour, il l’avait chéri. L’abandonner pour la fade odeur de la nouveauté le répugnait. Un chapeau neuf ce n’était qu’un grand vide de sentiment, un manque total de repère, un mélange effrayant d’arômes étrangers, brouillés et aseptisés.

Le chitine huma l’air ambiant.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 1

Haut-de-forme

« C’est pour bientôt, selon vous ? demanda Mobius, inquiet.

— Généralement, les hostilités commencent à la mi-journée. »

Mobius soupira.

De la table voisine, un homme lui avait répondu. Sa voix calme et polie aux accents mélodieux avait surgi de derrière le profond dossier de son fauteuil, d’où on ne voyait dépasser qu’un ouvrage épais à la fine reliure de cuir. Les deux hommes attendaient patiemment depuis plus de deux heures, attablés non loin l’un de l’autre. Aucun n’avait pris le temps d’entamer une quelconque discussion. L’intimité du salon y était pourtant propice. Le mobilier confortable s’accordait à merveille aux boiseries et aux tapisseries éclairées par la douce lueur des lampes à huile. Quelques tableaux évoquaient de vastes et fantastiques paysages qui conduisaient volontiers les curieux à s’y plonger. Dans un coin, on avait pris soin d’aménager un bar où chantaient les bouteilles d’alcools au rythme des timides allées et venues. Pour le plus grand plaisir des fumeurs et des chiqueurs, des tabacs de diverses provenances y sommeillaient, juste à côté de verres aux formes diverses et alambiquées.

Mobius, lui, ne se souciait pas de ces distractions.

Depuis le début du voyage, il n’avait pas cessé de gesticuler. Enfoui derrière les accoudoirs qui s’élevaient comme de larges remparts, il avait calculé la meilleure position à adopter en de pareilles circonstances, mais aucune ne convenait vraiment. Ses yeux avaient longuement fixé ses propres genoux, où reposait une élégante redingote. Puis, il avait osé scruter les lattes du parquet, les arabesques des tapis délicatement tissés, jusqu’à se perdre dans la brume qu’on apercevait derrière les larges hublots qui ponctuaient le salon. Bercé par un lointain bourdonnement, il avait enfermé ses pensées dans une bulle étanche à toute intervention extérieure, ressassant le déroulement tant redouté des moments à venir. Les légères turbulences, qui secouaient régulièrement les lustres, avaient fini par le tirer de son état léthargique, lui délier la langue.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[