Bestiaire – Le claque-silex

Claque-Silex cendré

Claque-silex cendré

Claque-silex, un oiseau étincelant !

Le claque-silex est le nom vernaculaire qu’on donne à plusieurs espèces d’oiseaux très répandues sur Daehra. Animaux inoffensifs et joueurs, ils possèdent tous un bec très particulier qui leur vaut ce sobriquet, un bec où croît en permanence un minéral siliceux proche du silex et qui par claquement de la mâchoire entraîne l’expulsion d’étincelles. Ainsi, il arrive parfois qu’en période sèche ou en région aride, des incendies se déclenchent à cause de ces volatiles. Il existe plusieurs types de claques-silex. Leur taille et leur forme sont très variables d’un type à l’autre. Mais les plus communs sont les trois suivants.

Le claque-silex cendré, le plus petit de tous, est aussi celui qui peut voler le plus longtemps. Oiseau migrateur, il passe des heures à se laisser porter par les courants d’air en bord de mer. De 40cm à un demi-mètre de haut, il peut atteindre les 2m d’envergure pour les femelles, 1m50 pour les mâles. Le claque-silex de trait, le plus imposant de tous, est incapable de voler. Il vit principalement dans les marais et les déserts et sert de monture de voyage ou de mule aux peuples sauriens nomades. Approchant les 2 mètres de haut et d’envergure, il déploie ses ailes de 60cm seulement lorsqu’il cherche à séduire sa belle ou à effrayer ses prédateurs. Le claque-silex quetzale ou simplement Quetzale est, quant à lui, l’un des animaux fétiches d’une tribu saurienne des marais, la tribu des Xantus. Ces lézards deux fois plus petits qu’un homme s’en servent comme monture aérienne. Le Quetzale est tout de même l’un des oiseaux domptés les plus imposants, puisque son envergure dépasse 6m. À lui seul, il peut ainsi transporter jusqu’à deux passagers.

Les points communs entre tous les claques-silex

Hormis leur capacité à générer des étincelles en signe d’avertissement lorsqu’ils s’énervent, tous ces oiseaux possèdent aussi un troisième œil en plein milieu du front qui leur confère une meilleure appréhension du monde. Les claques-silex sont tous très sensibles au Flux, une énergie qui parcourt le monde et que seulement certaines races humanoïdes et nombreuses races animales sont capables de capter.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Communications (1) – Les Piafs

Troupier Lestocq. Je vous fais confiance. Je vous affecte désormais au poste d’observation. Vous y rédigerez le piaf de douze heures, mais il est important que vous n’y mentionniez pas l’incident. Indiquez seulement notre position actuelle.Lieutenant Lhortie - Chapitre 3

AirMailQue sont les Piafs ?

Non ! Ce ne sont pas des fans d’Edith Piaf, bien sûr ! J’imagine que tout le monde l’aura compris, je parle bien d’oiseaux porteurs de messages. Pour tout vous dire, au départ, ce petit nom n’était pas prévu lorsque j’ai écrit le Chapitre 3. Il s’est imposé avec le langage d’argot des troupiers. J’ai trouvé l’usage parfaitement adéquat. En effet, avec l’évolution de la langue, on a tendance à transformer nos mots, les réduire, les mâcher ou les transposer sous forme d’onomatopées. Le mot piaf résume cette façon de faire. De plus, il a ce petit côté gentiment-rétro-burlesque que je voulais pour l’équipage du Présage 101.

D’où viennent les Piafs ?

Même si les humains connaissent depuis longtemps cette forme de communication. Son utilisation actuelle est héritée des races sauriennes, qui dans leurs traditions chamaniques s’associaient souvent avec d’autres animaux considérés comme sacrés. Petit à petit, l’Enclave s’est appropriée la technologie pour l’adapter à ses besoins. Là où les sauriens prennent le temps d’apprivoiser les oiseaux pour les utiliser comme des égaux. L’Enclave préfère les traités comme de simples vecteurs d’information.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[