Chapitre 25

« Pourriez-vous ralentir le rythme ? proposa le docteur Luther.

— Bien sûr, mais vous ne capteriez plus mes modulations…

— J’ai une bonne ouïe – je l’exerce tous les jours. Alors, allez-y. »

Les minuscules mandibules contenues dans la gorge du Chitine bourdonnèrent.

« Vous tenez presque la note ! Fermez un peu la bouche pour voir ? »

Xenon joua sur la résonnance à grand renfort de contorsions labiales.

« Oh, voilà ! s’émeut le médecin. C’est la sonorité parfaite ! »

Envoûtées par les crissements, trois de ses mains projetaient leurs ombres sur les parois d’une pièce aveugle. Au sommet d’un empilement de caisses, il avait installé une lampe à huile. Les rayons orangés chassaient les premières lueurs du matin qui peinaient à filtrer depuis le chambranle. Xenon tentait encore de comprendre l’étrange rituel qui se préparait ici. Tout en sifflotant, le Manticore avait ôté le linceul du Capite, puis l’avait élégamment secoué pour recouvrir deux caisses. Quelques assiettes auraient suffi à transformer les lieux en cantine, mais c’est un corps fagoté de sa bure que Luther dressa en guise de porcelaine, et c’est une trousse pleine d’instruments tranchants qui remplaça les couverts.

« Très bien, très bien ! s’égaya le médecin. Nous pouvons commencer… »

Délicatement, il se pencha sur le Renonciateur, lui dégagea la tête de son capuchon, replia le tissu sous le crâne chauve et admira la dépouille avec une joie non dissimulée. Sourire crispé, frétillement des doigts, regard fixe sur l’objet convoité : le Manticore suintait l’excitation. Xenon, quant à lui, n’éprouvait aucun plaisir à jouer avec les morts. Néanmoins, l’intérêt pointait et il reconnaissait que celui qui gisait là méritait qu’on s’y attarde.

« Depuis l’accident, avoua le médecin, je n’ai plus qu’une obsession… »

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 22 – Partie 2

Haut-de-forme

« Mange ! »

Yalthia tendait un gigot où s’amalgamaient poils et poussière. Face à lui, Mobius grelottait. Il luttait contre le sommeil. L’effort de reconstruction avait ramolli ses muscles, creusé ses joues, terni sa peau déjà bien blanche ; il avait puisé dans ses dernières réserves.

Même le feu préparé par le colosse ne le maintenait plus au chaud.

« Vous… vous n’avez rien de moins… sanguinolent ?

— Non », assena Yalthia.

Il agita le morceau sous le nez de la délégation qui grimaça.

« Je ne sais même pas ce que c’est…

— Tu vois pas que c’est de la viande ? »

En réponse, le jeune homme rentra sa tête entre ses épaules.

« T’es toujours aussi mollasson ou bien… ? » grommela le colosse.

Mobius soupira.

« Si tu te bats pas un minimum, je te laisse ici ! Je vais pas te trimbaler jusqu’à la prochaine ville… Question de dignité. La tienne, comme la mienne ! »

Alors, du bout des doigts, la délégation attrapa son repas. Le cadavre du propriétaire gisait un peu plus loin, démembré. Un second pendait la truffe en bas, accroché à une branche. Sous le cuir brûlé, la chair avait cuit, bien trop cuit. Ce qui pouvait nourrir le jeune homme ne formait plus qu’une fine couche noircie. Ces créatures n’avaient que la peau sur les os : pas étonnant qu’elles s’affolent à la moindre apparition d’une proie ou qu’elles s’attaquent désespérément à bien plus fort qu’elles. Mobius s’en contenterait. Il approcha ses lèvres ; son ventre gargouilla ; son corps ne lui laissait pas d’autre choix. Il salivait. Avec appréhension, il mordit la viande qui s’avéra plus tendre et plus savoureuse que prévu. La faim savait jouer les illusionnistes ; elle transformait la moelle en nectar et la carne en sot-l’y-laisse.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 21

10997126_10205335652046699_452171215_n

La Baie des Titans s’imprimait sur toutes les cartes, croquée à la volée par des artistes paresseux : une iconographie réductrice noyée de vagues rondelettes où quelques aiguillons perçaient des eaux parcheminées. À la simple évocation de son nom, ses paysages envahissaient les esprits — chacun se l’imaginait à sa façon —, mais jamais ils ne perduraient au cœur des discussions, jamais ils ne s’approchaient de l’inaltérable beauté des singulières structures rectilignes qui sortaient de l’océan. Ces pics vertigineux, campés profondément sous les récifs, méritaient pourtant qu’on s’y attarde ; la morsure du temps n’y avait pas d’emprise. Les lustres, les décennies, les siècles filaient sans que la rigidité ne ploie, sans que les angles ne soient corrompus, sans même que les roulis ou les vents n’écaillent la roche sombre. Bien plus nombreux que ne le laissaient penser les représentations, les pylônes cyclopéens s’égrenaient sur le plat horizon, s’ordonnaient en îlot, cinq par cinq, se chaussaient d’algues lamellaires, un voile qui s’étirait au grès des courants et occultait les strates aquatiques inférieures.

À la cime, la végétation s’organisait en vierges jardins. Un tapis blanc de saxifrages étoilées habillait la pierre d’ébène, courait entre les buissons enracinés sur la fine couche d’humus, se piquetait par endroit de graminées touffues. Les plantes ondoyaient sous les alizés. Les bourrasques balayaient la moindre verdure qui osait s’imposer, transportaient les pollens d’une roche à l’autre et, ainsi, perpétuaient le cycle d’une vie haut perchée. Sur les parois verticales, des cavités polyédriques se voyaient colonisées par des oiseaux de toutes tailles. Abritées derrière les larges fenêtres, les nichées s’enchantaient de piaillements qui, en ce jour, laissaient place au silence ; un nouveau locataire perturbait l’harmonie sauvage. Le ballon du Présage 101 reposait en équilibre au sommet, sa nacelle tout contre la structure.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Naissance du Conseil (1) – La Frénésie d’Enagua

steampunk3bas« Asseyez-vous par ici ! » lance Xenon-9834 en mimant un sourire de bienvenue.

Vous suivez ses ordres et vous vous installez à l’avant. Le Chitine tient un épais livre à la main et une craie dans l’autre.

« Aujourd’hui, nous allons parler de la Naissance de l’Enclave ! Vous devez vous en poser des questions à son sujet, non ? »

1000AnsVous acquiescez. Le livre qu’il tient dans la main n’a rien à voir avec les ouvrages phéromonaux qu’il affectionne habituellement. Sur la couverture, vous pouvez y lire de vrais mots, des mots en langue globaleÉpopée des 7 Colonies. Voilà qu’il vous tourne le dos. Devant lui, un grand tableau s’étend sur le mur. Xenon y tracer la carte approximative de l’Enclave géographique, un cercle plus où moins rond digne d’un enfant de 5 ans où s’affrontent reliefs accidentés et arbres ridiculement grands.

 Une fois le travail réalisé, il fait volte-face. Sa bouche tremble mécaniquement. Vous le sentez fébrile, prêt à vous délivrer les connaissances qu’il a potassées rien que pour vous faire l’honneur d’une explication exhaustive. Avant de reprendre la parole, il feuillète son ouvrage et l’analyse. Sa tête se penche sur le côté, à angle droit. Il vous semble qu’il n’y comprend pas grand-chose. Et pourtant…

Il y a 1000 ans…

« Ah voilà ! se réjouit-il en se redressant, victorieux. Remontons 1000 ans en arrière, lorsque les forces de deux villes états convergèrent pour fonder l’organisation que nous connaissons aujourd’hui, l’Enclave institutionnelle. À cette époque, les dirigeants établirent le Conseil de l’Enclave à Apostasis la Pure, une des deux capitales tenues par les Renonciateurs (Apostasis la Morte n’existaient pas encore). Cette ville s’unissait donc à Egydön par un pacte sacré… »

Derrière vous, Strax, un troupier turbulent, se racle la gorge.

«… unies par un bout de papier, ouais ! Et sûrement une bonne bourse bien remplie ! ricane-t-il.

— Oh ! Tu t’la boucles ? Ou j’te rosse les girolles à grand coup d’crosse ! » assène Lestocq, un autre troupier.

Le premier souffle. Vous l’entendez cracher bruyamment et grommeler dans son coin.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 16

Yalthia

L’écho des combats s’insinuait dans les moindres recoins du Présage. Il n’épargnait personne, pas même Yalthia qui basculait petit à petit dans un état d’excitation engendré par la fureur des détonations et les hurlements des troupiers. Il n’arrivait pas exactement à déterminer depuis combien de temps le médecin avait quitté les lieux, mais qu’importe… L’homme au visage couturé avait omis de lui injecter sa dose et le colosse se dégourdissait, se réappropriait chaque sensation ; celle du contact de ces larges vêtements dont on l’avait affublé, celle des sons déformés par le métal alentour, mais surtout celle des entraves à ses poignets, à ses chevilles.

Juste au-dessus de lui, une rafale retentit.

Yalthia sentit son cœur exploser dans sa poitrine, cogner sur ses tempes et le sortir de sa torpeur. Il fallait qu’il se détache. Rapidement. Maintenant. Un coup vif et sec. Ses bras restèrent figés. Furieux, il crissa des dents, prit une profonde inspiration et se lança dans une seconde tentative. Cette fois, il y mettrait toutes ses forces, toutes celles qu’il pouvait mobiliser dans son état de faiblesse. Torse gonflé, muscles bandés, il tira en maintenant la pression sur ses liens. Sa mâchoire se tétanisa. La structure du lit se tordit. Puis, dans un soubresaut, l’une des barres métalliques céda. Alors, sans plus attendre, le bras libre, il arracha des dents les pansements qu’on lui avait appliqués sur les mains. Ses doigts se dévoilèrent tuméfiés, ses articulations déchirées. Entre les chairs, on distinguait la couleur bleutée de son squelette ; cette couleur qui le différenciait des autres. Une douleur lui vrilla les phalanges.

Il avait vu pire.

Méthodiquement, il se débarrassa de chaque sangle aux poignets puis aux chevilles, et se releva encore groggy par les calmants. La pièce bascula une seconde. Il perdait l’équilibre. Appuyé au bureau du médecin, il essaya de se souvenir ; son esprit se heurta au néant. Il fouilla et fouilla encore. Il voulait saisir des mots, des concepts, mais tout lui glissait sur la langue. Pourtant, il savait que les réponses se trouvaient quelque part dans son esprit, quelque part derrière ce voile de plomb qui obscurcissait sa mémoire.

S’enfuir, songea-t-il. Il ne reste plus qu’à s’enfuir.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 12

Haut-de-forme

Mobius ne réfléchissait plus. Quelqu’un attendait son aide. La détresse de Zacharie perçait ses monceaux d’appréhension entrelacés d’angoisses. Il lui avait suffi de prononcer une simple phrase, ces simples mots, au bord des larmes, imprégnés de candeur.

« Où est Aliénor ? »

Mobius avait vu Lhortie se crisper, Xenon se figer. La question entrait indéniablement en résonance avec leurs propres souvenirs. Où sont nos proches, ceux qu’on aime, ceux qui comptent vraiment ? Où sont nos racines, notre patrie, nos pairs, nos amis ? L’Enclave y répondait en quelque sorte, lors du rituel d’Intronisation. Buvez l’eau et vous saurez  ! La Renonciation niait ces interrogations. Les capites les interdisaient. Mais peu qu’importait de savoir, d’être contraint à oublier ou même de rejeter, le monde en souffrait terriblement. Tous en souffraient. Tous gardaient l’espoir de revoir un jour leur famille. Tous ressentaient ce manque infini de ceux qu’ils avaient connus, côtoyés, chéris, à présent inaccessibles. Mobius y pensait toujours. Ses tuteurs, ses quelques camarades, cette fille mystérieuse qu’il n’avait pas eu le courage d’approcher. Parfois même, il se surprenait à songer à des visages croisés dans les rues, des situations qui l’avaient profondément touché : un mendiant au regard rieur, une vieille femme assise sur un banc à ses côtés pour discuter, un sourire émerveillé. Il revoyait la peau grêlée du premier, les traits avachis de la seconde. Il revivait cet instant, tous ces instants qui n’appartenaient plus à cette nouvelle réalité, mais qui persistaient à travers lui, comme le dernier lien, la dernière fenêtre sur son passé.

« Où est ma sœur ? »

Zacharie subissait déjà le même processus à travers sa question, sa colère, son appel à l’aide. Il ressentirait la dure loi de l’absence, de l’abandon, du deuil, mais il se relèverait. Désormais, Mobius pouvait se relever, à son tour. Il pouvait tendre la main, se rendre utile, porter cet homme à la dérive, cette carcasse amorphe, pousser sur ses jambes, de toutes ses forces, le traîner sur son lit de fortune, l’allonger timidement, camoufler sa pudeur d’une simple couverture, redresser la table de nuit, y dénicher les quelques vêtements prévus pour lui, l’aider à s’habiller en détournant le regard, rougir lorsqu’il rencontrerait cette peau claire, ses yeux verts sur le point d’abdiquer.

Mobius s’accomplissait enfin dans cette mission. Elle prenait tout son sens. Elle l’investissait. Il se revoyait, un an en arrière, jour pour jour, l’esprit embrumé, lamentable et perdu, en route pour Apostasis la Morte. Puis, il entendait les encouragements des habitants de Baladrek, les seuls à l’avoir soutenu dans ses heures les plus sombres, le rire gras et jovial de Waldhar, son dirigeant, qui, entre deux verres de vinasse, le bousculait pour qu’il découvre les plaisirs de cette nouvelle vie. Depuis cette période heureuse et jusqu’à ce jour-là, Mobius n’avait jamais cru aux dires de ses camarades, lorsque ceux-ci avaient tenté de le persuader des bienfaits du voyage. Comment aurait-il pu croire que l’incontournable cérémonie annuelle le remettrait d’aplomb ? Il subissait l’avènement de Baladrek au Conseil de l’Enclave. On ne lui avait pas laissé le choix. Il n’avait jamais pris le temps de choisir. Ses études d’anatomie ennuyeuses, le calice vide des capites, l’embarquement à bord des arches, tout n’était qu’une marche à suivre, un chemin tout tracé. Pourtant, Zacharie lui offrait la possibilité de prendre l’avantage sur ses peurs, la possibilité d’agir.

Et voilà que Mobius agissait.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Théologie (1) – Renonciation

Cette note contient des révélations sur le Chapitre 5.

separateur

Si vous lisez ceci, vous en apprendrez plus sur les Renonciateurs.

renonciateurCette note débute une série qui traitera de Théologie.

J’y présenterai les religions et croyances qui fleurissent dans les contrées de Daehra, sans trop vous en dire car je compte bien garder le secret sur les rouages réels et les relations qui peuvent exister et servent au scénario. Ce ne sera donc qu’un aperçu global, mais au moins, vous arriverez plus facilement à situer les forces en présence sans nécessairement relire les chapitres.

Après avoir dressé le paysage général des différentes formes de croyances et religions, nous aborderons la Renonciation et les courants qui la constituent.

Introduction

 Avant tout chose, une petite explication concernant l’Enclave, qui pourra avoir son importance. L’Enclave, à l’instar de l’Europe, est à la fois, une zone géographique délimitée strictement par des structures naturelles, mais à la fois une organisation politique et militaire qui regroupe un ensemble de villes états et de régions de Daehra. On y trouve donc un brassage détonnant entre de nombreuses cultures. La carte réellement géographique de l’Enclave, correspond entièrement à ce que vous pouvez voir dans la partie Cartographie. Les terres au-delà ne sont plus les terres de l’Enclave.

Les croyances et religions au sein de l’Enclave sont divisées en trois groupes.

Le premier contient deux courants s’opposant totalement, nés dans l’Enclave géographique, la Renonciation/Renoncement et l’Espérance/Espoir.

Le second est composé des croyances importées avec les nouveaux arrivants, ce sont les croyances dites Extérieures par les représentants de l’Espoir, ou décrites comme Chaotiques par les Renonciateurs.

Le troisième groupe est bien plus secret, voir totalement inconnu des habitants de Daehra. Je serais donc cruel, et je ne vous en parlerai pas !

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 6

11268934_10206022284652085_969750269_n

Enfin seul dans sa cabine, Xenon ouvrit avidement en deux son livre fétiche. Après cette longue après-midi réservée à l’accueil des nouveaux arrivants assignés à Pentagua, il se devait de se replonger un peu dans l’étude de cet ouvrage de premier ordre, le Compendium des Expressions Vocales et Corporelles. Un titre barbare, certes, mais seulement dans la langue globale. Les chitines, eux, n’utilisaient qu’une seule phéromone pour le désigner. Tout y était plus simple, plus direct. Un lien pouvant induire des images complexes, des ébauches sentimentales.

Naturellement, Xenon en approcha son visage et en huma les émanations.

« Le Pouvoir du Contact, traduisit-il en s’appuyant sur l’invisible signification qui imprégnait le papier. »

Lorsqu’il était seul, il avait pris l’habitude de lire à voix haute.

Où en étais-je ?

Confus, Xenon parcourut le volume du bout des doigts et s’en approcha à nouveau. Sur les pages vierges, on ne distinguait pas un caractère, seulement d’insignifiantes traces irisées par endroit, homogènes à d’autres. Il ne s’agissait pas là de taches d’huile ou d’aquarelle, mais bien de phéromones, nuancées, mélangées, exposées pour le plus grand plaisir des olfacteurs, la population de lecteurs chitines.

Voilà, c’est ici !

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 5

Haut-de-forme

Dans sa cabine, Mobius rêvait, inconscient.

Son esprit divaguait, captif d’une convalescence forcée. Au creux de ses songes, une bataille intérieure débuta, l’opposant à un ennemi invisible, terré dans les profondeurs de son être. Depuis plusieurs mois, il avait consciencieusement évité l’affrontement, diminuant de manière draconienne ses heures de sommeil. Mais aujourd’hui, à son paroxysme, cette fatigue accumulée avait eu raison de lui. Il en était convaincu. À cette occasion, l’autre rappliquerait au galop. De sa voix gutturale, il lui ferait se remémorer les pires horreurs, y mêlant frissons et maux de ventre. L’autre, c’était la Peur elle-même. Une peur insidieuse. Une angoisse sans visage dont on ne prononce le nom qu’à demi-mot, dont il est impossible de se dépêtrer. Personne ne le pouvait vraiment. Lorsqu’elle rampait sournoisement vers vous, il n’y avait plus qu’une chose à faire. La fuir. La fuir éternellement, jusqu’à ce que, fatalement, elle vous rattrape. Mobius le savait. Il suffisait que le temps suive son cours, que la corde se tende jusqu’au point de non retour, jusqu’à l’évanouissement. Là, seulement, son cerveau pouvait se reposer jusqu’au prochain combat face à lui-même, jusqu’à la prochaine défaite. C’était inéluctable.

A ce moment précis, lorsque la rupture s’opérait, lorsqu’il basculait dans la terreur, des souvenirs ressurgissaient. Il les revivait alors comme s’il redécouvrait chaque sentiment, chaque sensation. Tout y était si palpable, concentré en l’espace de quelques minutes. Tout s’y mélangeait, les cris, le sang, les battements de son coeur affolé, la sueur dégoulinant lentement le long de sa nuque.

Sous ses draps, Mobius se souvenait, à demi éveillé.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[