Chapitre 22 – Partie 2

Haut-de-forme

« Mange ! »

Yalthia tendait un gigot où s’amalgamaient poils et poussière. Face à lui, Mobius grelottait. Il luttait contre le sommeil. L’effort de reconstruction avait ramolli ses muscles, creusé ses joues, terni sa peau déjà bien blanche ; il avait puisé dans ses dernières réserves.

Même le feu préparé par le colosse ne le maintenait plus au chaud.

« Vous… vous n’avez rien de moins… sanguinolent ?

— Non », assena Yalthia.

Il agita le morceau sous le nez de la délégation qui grimaça.

« Je ne sais même pas ce que c’est…

— Tu vois pas que c’est de la viande ? »

En réponse, le jeune homme rentra sa tête entre ses épaules.

« T’es toujours aussi mollasson ou bien… ? » grommela le colosse.

Mobius soupira.

« Si tu te bats pas un minimum, je te laisse ici ! Je vais pas te trimbaler jusqu’à la prochaine ville… Question de dignité. La tienne, comme la mienne ! »

Alors, du bout des doigts, la délégation attrapa son repas. Le cadavre du propriétaire gisait un peu plus loin, démembré. Un second pendait la truffe en bas, accroché à une branche. Sous le cuir brûlé, la chair avait cuit, bien trop cuit. Ce qui pouvait nourrir le jeune homme ne formait plus qu’une fine couche noircie. Ces créatures n’avaient que la peau sur les os : pas étonnant qu’elles s’affolent à la moindre apparition d’une proie ou qu’elles s’attaquent désespérément à bien plus fort qu’elles. Mobius s’en contenterait. Il approcha ses lèvres ; son ventre gargouilla ; son corps ne lui laissait pas d’autre choix. Il salivait. Avec appréhension, il mordit la viande qui s’avéra plus tendre et plus savoureuse que prévu. La faim savait jouer les illusionnistes ; elle transformait la moelle en nectar et la carne en sot-l’y-laisse.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 22 – Partie 1

Yalthia

Yalthia scrutait la pénombre.

L’éclat serein des étoiles perçait à travers les feuillages épars de la canopée. Les cieux charbonneux se criblaient de mystérieux points colorés et cryptiques ; le colosse n’arrivait plus s’orienter. Son père lui avait pourtant tout appris. Il se souvenait de l’astrolabe conservé dans l’un des tiroirs de sa malle. Le vieil homme s’y référait souvent lors de leur voyage. Il lui racontait que le soleil tombe toujours à l’est, que la trame céleste glisse au rythme des saisons, que les lueurs changeantes apportent leurs précieux conseils à ceux qui savent les déchiffrer. Yalthia en connaissait les lignes. Il les avait tracées du doigt dans les sables brûlants jusque dans les neiges éternelles – partout où son père l’avait entraîné -, mais en ce jour, il n’en distinguait plus les canevas.

Alors, à défaut de comprendre, il avait choisi un point rouge parmi les astres bleutés, un point posé sur l’horizon aquatique. Il l’avait gardé bien en vue entre les arbres qui longeaient la clairière. Sur son chemin, tout lui parut étranger. L’atmosphère pesait sur une végétation de fougères et de buissons touffus. Elle se chargeait de mystérieuses odeurs et d’ululations distordues qui abondaient depuis les hauteurs. D’invisibles spectateurs attendaient l’instant parfait pour fondre sur cette proie nouvelle, ce morceau de choix qui errait aux abords de leur territoire. Yalthia n’y pensait pas. Il n’éprouvait pas la peur. Seule sa propre faim l’obsédait. Elle guidait ses pas. Il savait qu’il trouverait de quoi la museler au cœur de cette forêt. Chasse ou cueillette, ça n’avait pas d’importance.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Outre-Savoir – Maa, le Monde Océan

Cette note contient des révélations sur le Chapitre 10.

separateur

Cette note fait partie d’une série qui tournera autour de l’Outre-Savoir.

11994381_10206796569648726_1385457429_n

Avant-Propos

Extrait de l’Encyclopédie d’Outre-Savoir, Tome XXIV

Toi, résident de Daehra en quête de réponses, curieux en mal d’Outre-Savoir. Oui ! Toi qui consultes ces pages en dépit de la censure orchestrée par la Renonciation. Sache que les informations que tu pourras lire ici sont toutes issues, sans exception, du témoignage des Vogueurs et des Sombreurs originaires de Maa, deux peuples accueillis par l’Enclave lors de la grande cérémonie annuelle d’Intronisation. À travers ces histoires qui traversent l’espace et le temps, hommes et femmes nous livrent les légendes et les coutumes de leur monde, aujourd’hui compilées par les érudits qui siègent à l’université d’Egydön. Considère-toi comme chanceux ; rares sont les néophytes admis dans la bibliothèque la plus décriée de toute l’Enclave. Cet extrait retravaillé spécialement pour toi se cache dans l’un des nombreux tomes de l’Encyclopédie d’Outre-Savoir.

Dans un premier temps, nous t’y parlerons des trois ethnies principales qui peuplent ce monde lointain, et nous verrons ensemble leurs déités, leurs légendes et leurs coutumes. Puis, tu pourras consulter la géographie de Maa, à l’aide d’une carte dessinée grossièrement par l’un des cartographes de l’université.

Alors, bonne lecture ! Mais, surtout, dépêche-toi ! La bibliothèque ferme à 16h30.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[