Chapitre 17 – Partie 1

11268934_10206022284652085_969750269_n

Quelle idée ! se fustigeait Xenon. Quelle idée d’avoir quitté le salon !

« Plus vite ! » lui intima l’individu planqué dans son dos.

L’homme, protégé d’Apostasis la Morte, lui maintenait fermement le bras. À ses pieds, des liquides s’accumulaient, résidus des minces filets d’eau qui coulaient sur le tapis ; les canalisations des commodités avaient cédé. Xenon en avait plein les chaussures, mais il ne s’en souciait pas. Il devait supporter le poids d’un monstrueux regard croisé un peu plus tôt en se faufilant derrière le rideau, celui de cet homme, froid, hautain, presque amusé. La délégation s’en voulait terriblement.

Pourquoi n’avait-elle pas profité des secousses pour prévenir le Lieutenant ?

« Le flegme des Chitines m’a toujours fasciné », commença l’agresseur.

Dehors, les combats avaient cessé.

« Ce flegme qui cache votre imbécile docilité. Plus loyal qu’un chien ! »

Sa poigne se resserra. Xenon le sentait se retenir.

« Vous ployez sous notre force. On peut vous arracher les pattes, une par une. On peut vous arracher les ailes, les mandibules. Vous restez impassibles. Qu’importe votre taille, reprit le protégé. Vous restez des insectes ! »

L’homme marqua une pause.

« Savoureux lorsqu’on s’en délecte. Silencieux lorsqu’on les écartèle. »

Xenon ne bougeait plus ; il exprimait sa peur la plus profonde. L’être abject qui le retenait avait le discours d’un Manticore. Il transpirait l’aura typique de ces manipulateurs d’organes qui s’élevaient comme des dieux eugénistes. Que pouvait-il comprendre des sentiments chitines ? Que pouvait-il connaître de leur capacité à communiquer, s’il la niait ainsi en la réduisant à une simple représentation gestuelle, à une simple comparaison avec son modèle étriqué ? Bien sûr que les Chitines ressentaient la douleur et la peur ! Bien sûr qu’ils souffraient ! Comme toutes les autres races et créatures sensibles !

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 15

11268934_10206022284652085_969750269_n

« Qu’attendons-nous ? » crissa 2,6-Dimethylpiperidine.

Le jeune chitine, un protégé accueilli la veille par Xenon, frottait ses mandibules l’une contre l’autre. Un son strident en résultait, un son aux harmoniques que la délégation comprenait et pouvait reproduire parfaitement. Il lui suffisait d’agiter de minuscules appendices internes recroquevillés près de ses cordes vocales évoluées, pour émettre des ondes compréhensibles par les Crisseurs de son espèce.

« On attend le signal pour sortir ! » affirma sereinement Xenon.

Il éprouvait une maigre appréhension depuis qu’un coup de feu avait retenti à l’étage et que trois claques-silex s’étaient invités à l’intérieur du Présage en brisant les hublots. Pas de quoi le faire paniquer. Xenon savait se contrôler. Alors, comme tout bon chitine, il n’en montrait rien. Pour maîtriser la situation, il se contentait de calmer les ardeurs de son protégé. Agenouillés derrière le bar du salon, ils attendaient tous les deux que le grabuge se tasse.

De l’autre côté, les troupiers Busc et Carnequin, débordés par les évènements, s’acharnaient à combattre à coup de baïonnette les trois oiseaux furieux qui se jouaient de leur maladresse. Par intermittence, les intrus secouaient violemment leurs larges ailes membraneuses en bondissant vers l’avant. Leurs cris rauques entraînaient dans une danse ridicule les soldats empotés qui se prenaient les pieds dans les tapis, les genoux dans les tables.

« Aïe ! hurla Busc en se tenant le mollet.

— Il s’est carapaté la d’ssous ! Chope le don’ ! rétorqua son collègue, dépité.

— Comment ? Il sautille ! Il sautille partout ! »

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 8

10997126_10205335652046699_452171215_n

« Lieutenant chef ? » murmura une voix déconfite. Vous dormez déjà ?

Alors qu’elle se glissait à peine dans son lit, quelqu’un toqua timidement à sa cabine. Lhortie serra les dents. Sans réponse de son supérieur, l’homme insista.

« Chef ? C’est Foliot, votre sous-lieutenant, chef ! »

Bien sûr que c’était lui ! Elle l’aurait reconnu entre mille. Il jappait sans cesse d’insupportables formules de politesse à la manière d’un cabot fidèle. Son enthousiasme et sa voix nasillarde l’irritaient, mais il avait aussi ses avantages. Indulgent et naïf face à toutes les situations, il lui suffisait d’une infime récompense pour oublier tous les coups de pied qu’elle lui mandatait.

« Qui y a-t-il, Foliot ? gronda-t-elle.

— C’est vraiment urgent, chef ! Je crois qu’on a un problème, chef !

— Voyez-vous ça ! »

Atterrée, elle s’extirpa de sous ses couvertures. Elle enfila son seul chemisier en coton. Derrière la porte, elle imaginait Foliot se dandiner comme un pendule, un tic dérangeant qui s’immisçait lorsqu’il poireautait au garde à vous. Cette mauvaise habitude lui avait valu le surnom de Culbuto, ce qui n’empêchait pas les troupiers de le respecter pour ses qualités d’écoute, de compréhension, mais surtout pour son courage lorsqu’il relayait les informations au lieutenant à leur place. Quand le sujet s’avérait brûlant, les soldats passaient toujours par Foliot. Messager, mais aussi souffre-douleur auprès de son supérieur, il commandait le Présage lorsque celle-ci voulait se reposer. Lhortie saluait son obstination, sa fidélité et son obéissance, mais l’homme souffrait d’un manque total d’initiative. Sûrement son plus gros défaut, parmi une flopée de travers qui écornait son image. Il fallait s’y résoudre. Elle ne l’avait pas choisi, tout comme elle n’avait pas choisi son équipage.

D’un tour de main, le lieutenant enroula sa chevelure brune en un chignon improvisé, puis ouvrit la porte sur le couloir. Foliot lui apparut dans la pénombre. Son crâne, terrain de jeu d’une calvitie avancée, brillait à la lueur blafarde des lampes. Une ride chevauchait ses sourcils broussailleux derrière lesquels se fondaient des yeux inquiets.

Lhortie le dévisagea, circonspecte.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[