Travailler son Texte (2)

steampunk3haut

Comme je l’ai dit dans la note Travailler son Texte (1), je vais vous présenter la méthode que j’ai mise en place pour résoudre les quelques points négatifs de mon organisation. Le premier d’entre eux sera abordé ici.

Un squelette trop permissif qui provoque un étalement de l’histoire „

Sans titre 1

Je n’irais pas jusqu’à généraliser – chacun travaille comme bon lui semble — mais, ce point précis est névralgique pour moi. Non seulement, c’est à cause de lui que j’étire mes histoires au point de ne plus vraiment en contrôler l’avancée, mais c’est aussi à cause de lui que je finis par abandonner l’écriture d’un roman, que je finis par le mettre au placard. Quand j’ai commencé à écrire Daehra (qui s’appelait alors les Trois Royaumes), il y a 8 ans, j’avais présenté tous mes personnages et grillé mes cartes « suspens » si rapidement, que je ne savais plus où aller. A vrai dire, je n’avais qu’un mince fil conducteur. J’avançais à tâtons dans une purée de pois d’idées. Par contre les chapitres étaient plus longs mêlant plusieurs points de vue à chaque fois. J’avais donc moins besoin de segmenter le récit comme je le fait pour cette nouvelle version. Je n’étais pas non plus aussi pointilleux dans ma relecture ni dans la correction des fautes d’orthographe, ni n’avais de bêta-lecteur. Bref,… tout était très différent. Mais voilà, comme je veux venir à bout de Daehra, il ne faut pas que je m’enlise dans un squelette de scénario qui va petit à petit imploser.

” Mais quelle est la solution alors ? Comment produire son scénario ? Il faut vraiment penser à tout avant de se relancer dans l’écriture ? Y-a-t’il une méthode particulière ? Des points d’inflexion à étudier pour nous permettre de nous aider ? „

Je vais essayer de répondre à ses quelques questions ici, et je finirais par vous expliquer comment je procède.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Travailler son Texte (1)

Cette note contient des révélations sur le Chapitre 4.

separateur

photo1Comme je l’ai dit sur la page  Facebook de Daehra. Il m’arrive parfois de faire des sacrifices aux dieux des bêta-lecteurs pour trouver la bonne marche à suivre lorsque je me lance dans un chapitre. Généralement, ce sacrifice se fait dans le sang et la douleur, avec du voyage temporel en veux-tu en voilà, du taillage de texte dans les règles de l’art et une bonne dose de relecture.

Pour être plus clair, j’ai tendance à faire lire mon chapitre par quelqu’un, à mi-parcours de l’écriture, pour avoir un premier avis objectif sur la cohérence des scènes. J’ai beau avoir un squelette un tant soit peu solide, lorsque j’aborde l’écriture à proprement parlé, je me retrouve souvent à en modifier la structure. Que ce soit l’ordre des parties qui le composent où même finalement leur existence propre. La raison est simple. En écrivant, de nouvelles idées viennent (j’en profite consciemment), et en m’appuyant sur ce que j’ai voulu pour le chapitre et ce que j’ai écrit précédemment, je construis une structure plus profonde. Mais, cette technique à ses limites, puisqu’elle fonctionne surtout à tâtons, sur l’instinct et peu me faire perdre un temps précieux. C’est pourquoi, j’aimerais doucement m’en affranchir. J’ai déjà quelques idées à ce propos, que je vous présenterais sûrement dans une autre note.

Mais ici, je vais surtout vous  montrer comment a évolué le squelette du Chapitre 4.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Chapitre 4

11268934_10206022284652085_969750269_n

2,5-Diméthyl-Pyrazine referma son livre. Confortablement installé dans l’un des fauteuils du salon, il attendait son tour. La délégation de Baladrek venait de traverser les rideaux menant à la nacelle des nouveaux arrivants. Enfin seul, il déposa délicatement son élégant chapeau melon sur la table et laissa voguer ses pensées. Ce minuscule morceau de lui-même, cette masse inerte de feutre noir, scintillait par endroit. Les rayons du soleil que filtraient les hublots s’y réverbéraient, soulignant ses minces traces d’usure. Son fidèle couvre-chef, quelque peu défraîchi, n’avait pourtant pas perdu toute sa superbe. Le chitine en prenait grand soin, le rangeant tous les soirs dans sa boîte en carton. Il éprouvait envers lui un attachement qui dépassait l’entendement, un attachement qui le replongeait un an en arrière, lorsqu’on lui avait fait découvrir la civilisation, lorsque Pentagua, la cinquième colonie, l’avait accepté dans ses rangs. Depuis, il refusait de s’en séparer, redoutant par la même occasion de perdre une partie de lui-même, une partie de son histoire. Ce n’était pourtant qu’un objet sans âme, mais cet objet, il l’avait porté jour après jour, il l’avait chéri. L’abandonner pour la fade odeur de la nouveauté le répugnait. Un chapeau neuf ce n’était qu’un grand vide de sentiment, un manque total de repère, un mélange effrayant d’arômes étrangers, brouillés et aseptisés.

Le chitine huma l’air ambiant.

]- – – – – – – Lire la Suite – – – – – – -[

Dessiner ma Carte (2)

Entre l’écriture du chapitre 3 et 4, j’ai décidé de revoir en détails la carte de mon petit monde et par la même occasion la politique globale. Pour ce faire, j’ai repris la carte que j’avais dessiné dans la note Dessiner ma Carte (1). Après l’avoir découpé en 4 parties et imprimer sur des feuilles A4, je me suis mis au boulot en m’aidant d’un petit site sympa que voici, Cartoria. Ce site m’a surtout aidé concernant les idées de symboles pour représenter les différents écosystèmes que j’avais en tête. Ce dessin d’une carte permet aussi de faire travailler l’imagination. En plaçant nos éléments et nos montagnes, on finit par se dire qu’une ville irait bien là, ou là… et on en vient à construire par la même occasion notre Univers et notre situation géopolitique actuelle.

Les cartes que je vous présentent ne contiennent pas les villes pour une bonne raison, c’est que je ne me suis pas encore décidé de l’emplacement de toute. Plus tard, sûrement après l’écriture du chapitre 4, je vous présenterais les cartes géopolitiques. Ce qui en plus, vous permettra de vous faire une petite idée de l’échelle du monde et du nombre de « race » qu’il contient. D’autres lieux resteront des mystères pour ne pas spoiler l’histoire.


Je vous rajoute une petite légende au cas où 😉

Legende_1

steampunk3haut


Vous avez apprécié ces infos ? Alors votez : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...Loading...


Note Précédente : Dessiner ma Carte (1)